Loading...
Accueil / Actualités / Les 6ème3 se prennent pour des Grecs du Vème siècle avant J.-C.

Les 6ème3 se prennent pour des Grecs du Vème siècle avant J.-C.

Les 6ème 3 se prennent pour des Grecs du Vème siècle avant J.-C.

 

Vous êtes un Athénien du Vème siècle avant J.-C., vous rencontrez un Corinthien (un habitant de Corinthe) et vous lui présentez la démocratie dans la cité.

Sasha Vergez

– Bonjour, jeune homme.

– Bonjour.

– Je cherche l’Ecclésia.

– Vous êtes un étranger ?

– Oui. Votre ville est tellement grande que je me suis perdu.

– On ne vous a pas expliqué ? Les étrangers ne peuvent pas participer à cette assemblée. L’Ecclésia est une assemblée qui a lieu sur la Pnyx et comme je vous l’ai dit, seuls les citoyens peuvent y participer.

– Oh ! Mais comment faire pour devenir citoyen d’Athènes ? On m’a dit que votre démocratie était très ouverte aux nouvelles propositions pour améliorer la vie de chacun.

– Malheureusement, ce que l’on vous a dit est faux et la preuve : pour être citoyen, il faut déjà être un homme majeur, fils de citoyen, avoir fait son éphébie, son service militaire et participer activement à la vie politique.

En d’autres termes, les femmes, les enfants, les esclaves et les métèques comme vous ne sont pas citoyens.

– Mais je veux participer à l’Ecclésia !

– Pour ça, il va falloir obtenir un droit de cité et croyez-moi, c’est très rare.

– Oh, très bien, je vois. Mais que faites-vous exactement à l’Ecclésia ?

– Eh bien, on y vote les lois, les ostracismes : lorsque l’on bannit quelqu’un de la cité pendant dix ans s’il menace notre beau régime politique, la démocratie. On décide de la guerre et de la paix, on choisit nos magistrats et tout ça se décide autour de la tribune des orateurs. C’est un lieu où on prend la parole sur un temps donné grâce à la clepsydre.

– Et qui dirige cette démocratie ?

– Les magistrats les plus importants sont les stratèges. Ils sont élus par le peuple. Les membres de la  Boulé et de l’Héliée eux sont tirés au sort parmi les citoyens.

– Eh bien, je vous remercie pour toutes ces informations. Sans vous, je serais toujours perdu dans cette immense ville ! Bon courage et au revoir.

– Je vous en prie, à bientôt.

 2019.04_COLLEGE_Grèce (1)
 2019.04_COLLEGE_Grèce (2)

Soline Cotreuil

– Bonjour, je suis Athénien, et toi de quelle ville viens-tu ?

– Moi je viens de Corinthe, comment se passe la vie politique dans ta cité ?

– A Athènes, nous vivons en démocratie. Là où j’habite, les citoyens sont les hommes, majeurs, fils de citoyens ou qui ont obtenu le droit de cité. Les non-citoyens sont les femmes, les enfants, les métèques, comme toi, et les esclaves. Dans les citoyens, nous tirons au sort plusieurs personnes pour la Boulè et plusieurs autres personnes pour l’Héliée. Pour les stratèges, il y a dix personnes mais ils sont élus car il ne faut pas que n’importe qui dirige les armées et le gouvernement. Cela serait trop dangereux. Tu comprends ?

– Oui, tu peux continuer !

 

– Nous nous rassemblons (notre assemblée s’appelle l’Ecclésia) sur une colline nommée la Pnyx : elle est située en face de l’acropole pour que les dieux, et notamment Athéna, notre déesse protectrice, veillent sur nous. Là-bas, nous débattons, nous votons des lois, nous décidons l’ostracisme (c’est quand nous pensons qu’un citoyen est un danger pour la démocratie nous l’exilons pendant 10 ans), nous élisons les stratèges et les magistrats. Tu arrives à suivre ? Maintenant je vais te présenter un des objets que nous utilisons pendant l’Ecclésia.

– Oui, tu expliques très bien la démocratie dans ta cité !! J’ai hâte d’entendre la suite !! C’est passionnant !

– Regarde cet objet.

La clepsydre est l’ancêtre du sablier mais à la place du sable c’est de l’eau. Une fois que l’eau s’est écoulée, le temps de parole de la personne qui parlait est terminé. L’orateur doit alors laisser sa place sur la tribune à une autre personne.

– Merci, pour toute ces informations sur ta cité, au revoir et à une prochaine fois.

 2019.04_COLLEGE_Grèce (3)
 2019.04_COLLEGE_Grèce (4)

Julia Vizi

-Bonjour monsieur, vous êtes Athénien, n’est-ce pas ?

-Oui en effet, pourquoi cette question ?

-J’aimerais en savoir un peu plus sur la démocratie à Athènes…

-Ah ! Eh bien je vais vous expliquer avec joie ! Tout d’abord, savez-vous ce qu’est la démocratie ?

-J’ai honte, non je ne sais pas. Vous savez, je suis une femme !

– Suis-je bête, excusez-moi ! la démocratie vient du grec « demos » : le peuple et le « kratos », le pouvoir. C’est un régime politique où les décisions sont prises par le peuple des citoyens.

-Je prends note ! Et… qui est citoyen ?

-Tout le monde ne peut pas être citoyen, il faut pour cela être : un homme, majeur, fils de citoyen ou ayant obtenu le droit de cité, ayant fait son service militaire (cela s’appelle l’éphébie) et qui participe à la vie politique. Les enfants, les femmes, les métèques (ce sont les étrangers à la cité d’Athènes) et les esclaves ne sont pas des citoyens.

-Où se réunissent les citoyens ?

-Les citoyens se réunissent en assemblée, appelée l’Ecclésia sur la colline de la Pnyx.

-Mais qu’y font-ils ?

-Ils votent les lois, débattent et prennent la parole sur la tribune des orateurs, décident de la guerre et de la paix, choisissent les magistrats, ce sont des citoyens qui exercent un mandat d’arrêt pour la cité, par exemple un stratège. Les magistrats sont désignés le plus souvent par une élection. Et enfin les citoyens votent l’ostracisme, c’est-à-dire bannir de la cité pour une période de 10 ans, un citoyen considéré comme dangereux pour la démocratie. Il n’y a pas si longtemps , les citoyens ont découvert qu’un des leurs prétendant  devenir un stratège, était en fait corrompu. L’Ecclésia l’a donc ostracisé.

-C’est horrible !

-C’est la démocratie ! Mais vous avez raison ce n’est pas très gai.

-Pas très gai ? C’est plus gai dans un cimetière !

-Oh ! Je vous en prie madame, ce n’est pas moi qui vais protester tout de même !?

-Eh bien, vous devriez !

-Bon si vous le voulez bien, je continue. Hum… lors de l’Ecclésia, une sorte de sablier, appelé « clepsydre » est posé à côté de la tribune des orateurs. Cette clepsydre est constituée de deux récipients contenant de l’eau et elle est retournée à chaque discours des orateurs. Ai-je répondu à toutes vos questions, madame ?

-Tout à fait, Monsieur. Je dirais même plus, vous avez répondu à toutes mes questions concernant la démocratie Athénienne et si vous voulez mon avis…

-Non ! Je veux dire, je n’y tiens pas particulièrement…

-Si, si, j’y tiens. C’est totalement horrible de bannir de la cité un citoyen et c’est de la discrimination que de ne pas accepter les enfants, les femmes, les esclaves et les métèques à l’Ecclésia. Je trouve cela tout à fait … Et… Mais où allez- vous ?

-Je suis désolé madame, je m’en vais me soulager, je n’en puis plus !

-Quelle grossièreté, c’est tout à fait répugnant !

Arthur Houlle

Romulus : Bonjour cher habitant de Corinthe. D’où viens-tu et que fais-tu ?

Malabasse : Bonjour cher citoyen Athénien. Je viens de Corinthe et je suis un métèque dans ta cité. Je suis à Athènes pour faire du commerce et j’en profite pour savoir comment se passe la vie à Athènes. Et en fait, je ne me suis pas présenté. Je m’appelle Malabasse et vous ?

Romulus : Je m’appelle Romulus. Que veux-tu savoir plus précisément ?

Malabasse : Je veux tout connaître de votre incroyable modèle politique : La démocratie ! Vous êtes le seul peuple de la Grèce à avoir ce régime politique.

Romulus : D’abord pour être citoyen il faut : être un homme, avoir au moins 18 ans et il faut avoir fait l’éphébie.

Malabasse : Qu’est-ce-que l’éphébie ? C’est une course ?

Romulus : Non, bien sûr que non, l’éphébie est le service militaire.

Malabasse : D’accord. Qu’est-ce que la colline au loin avec les monuments et la grande place au milieu de la ville ?

Romulus : La grande colline avec les monuments est une acropole, c’est une ville haute avec différents monuments et temples consacrés à Athéna. Nous en tant que citoyens, nous réunissons sur la colline d’en face. Regarde par ici, elle s’appelle la Pnyx. Et la place au milieu de notre cité est une agora, c’est la place principale de la ville.

Malabasse : Tu es citoyen, n’est-ce pas ? Que faut-il faire pour le devenir.

Romulus : Il faut d’abord être bien né. Je m’explique….Il faut avoir un père lui-même citoyen athénien. Mais je dois te quitter, je ne dois pas arriver en retard sur la Pnyx sinon ma toge va être toute peinturlurée et tout le monde saura que je suis arrivé en retard. Adieu, je file.

Marie-Alix Hurtebize

Un jour, que je quittais mon travail, un corinthien m’interpella :

  • Bonjour, excusez-moi de vous déranger, je suis corinthien, je m’appelle Sepulus et je viens d’arriver en cette ville. Je ne sais point comment fonctionne votre régime politique. Pourriez-vous m’expliquer un peu ?

– Bien sûr, enchanté, mon nom est Archimède et je vis ici depuis plus de 40 ans. Je serais très honoré de vous expliquer. Voulez-vous venir chez moi.

– Euh je ne veux surtout pas vous déranger.

  • Mais vous ne nous dérangez point venez.
  • Bon d’accord

Arrivés à la maison

  • Alors pour commencer notre régime politique est une démocratie commencée en 800 avant J-C après le rejet du dernier tyran. Cette démocratie est composée de citoyens, et il n’y a que les hommes ayant pour père un citoyen, qui ont obtenu le droit de cité, qui sont majeur, qui participent à la vie politique et qui ont fait leur service militaire qui peuvent l’être. Il faut aussi qu’il ne soit pas étranger à la cité. Bien sûr un citoyen a des droits, des devoirs et des libertés.
  • Cela veut dire que je ne serai jamais citoyen.
  • Normalement non, mais si vous accomplissez une merveilleuse chose, comme sauver des gens d’un incendie, aider la cité de façon incroyable pendant une guerre, vous pourrez peut-être devenir citoyen en obtenant le droit de cité mais ce n’est pas sûr…

Ensuite, pour nous Athéniens, vous êtes un métèque c’est-à-dire que vous êtes un étranger vis-à-vis de cette cité.

  • Si on est un citoyen comment cela se passe-t-il ? Qu’est-ce que l’on fait ?
  • Quand on est un citoyen, on vote des lois, on débat sur la tribune des orateurs, on décide de la paix ou de la guerre, on vote l’ostracisme qui consiste à bannir pour une période de 10 ans un citoyen qui représenterait un danger pour la démocratie. Ensuite chacun utilise son temps de parole pour exprimer ce qu’il veut dire à l’aide d’une clepsydre. La clepsydre est un sablier de l’antiquité composé de deux vases superposés avec celui du dessus contenant de l’eau qui s’écoule par un trou et qui tombe dans l’autre vase (qui est sans trou). Chaque année, des citoyens sont tirés au sort pour siéger a la Boulé ou à l’Héliée. Cependant, ceux qui dirigent la cité, ce sont les stratèges qui sont élus par les citoyens. Tous ces citoyens sont appelés Magistrat.
  • Mais où se réunissent-ils ?
  • Ils se réunissent sur la colline de la Pnyx.
  • Quels objets utilisent-ils ?
  • Ils utilisent comme je vous l’ai dit tout a l’heure une clepsydre, mais aussi des tessons d’ostracisme pour les condamnations.

Ah j’ai oublié de vous dire que notre assemblée s’appelle l’Ecclésia. Voilà j’espère que j’ai bien répondu à toutes vos questions.

  • Oh oui merci beaucoup vous m’avez bien aidé et pour vous remercier de cette gentillesse je vous invite avec votre femme diner chez nous disons samedi.
  • Avec plaisir c’est toujours sympa de diner avec de nouveaux amis alors c’est d’accord.
  • J’habite une maison bleue qui donne sur l’agora. Au rdc, il y a notre poissonnerie.
  • Vous ne pouvez pas vous tromper ! Je ne vais pas vous déranger plus longtemps. Au revoir et encore milles merci.
  • Mais je vous en prie. J’ai été ravi de cette discussion. Revenez me voir si vous avez d’autres questions sur la cité.
  • A samedi
  • Au revoir, A samedi.

Et voilà comment se finit cette charmante discussion.

 OLYMPUS DIGITAL CAMERA
 2019.04_COLLEGE_Grèce (8)
 2019.04_COLLEGE_Grèce (9)

Pénélope Machenaud

Je marche tranquillement dans la ville, quand un jeune homme m’interpelle

« -Bonjour jeune Athénien ! je viens de la ville de Corinthe. Mon nom est Tarabus ! » dit-il d’une voix forte et assurée. « Ma petite ville me déplait et je compte bien m’installer à Athènes. J’ai besoin de ton aide. Explique-moi comment marche votre ville. Est-ce une monarchie ? Ou bien une démocratie ??? » continue-t-il

– « Effectivement, c’est une démocratie. Mais tout d’abord mon nom est Sarcofi ». J’ai à peine le temps de dire mon nom qu’il me coupe déjà la parole. Décidément quel bavard !

– « Enchanté Sarcofi ! »

– « Bien. Mais sache que si tu n’es pas un Athénien, citoyen par ton père, tu ne pourras pas participer à la vie politique. »

– « Quoi ???!!!! mais je ne peux pas rester dans l’ombre avec un talent comme le mien !!! Que dois-je faire pour devenir citoyen ? » me coupa- t-il

Quelle modestie…  Pensais-je.

– « Eh bien tu dois faire un acte qui prouve aux citoyens que tu capable d’être digne de leur rang. Dis-je en essayant de garder mon calme.

– « Ah je vois » dit-il soudain plus gentil. « Mais je suppose qu’il y a d’autres contraintes, non ?

– « oui tu as raison, il faut être majeur, avoir un père citoyen, ou avoir obtenu un droit de cité,  comme je te l’ai déjà dit. Mais il faut aussi avoir fait son service militaire, c’est-à-dire l’éphébie, et participer à la vie politique. Par-contre, si tu es une femme, une enfant, une esclave, ou, un métèque, comme toi, tu ne pourras être un citoyen. Dis-je le souffle court.

 

– « Ou-la-la ! et que dois-tu faire une fois que tu as obtenu ton statut ? dit-il avec une voix empressée.

– « Chaque mois, nous nous retrouvons sur la colline de la Pnyx, en face de l’Acropole, pour que les dieux nous guident dans nos décisions. Là -bas nous décidons de la guerre ou de la paix, nous débattons sur la tribune des orateurs, nous fixons l’ostracisme. »

– « Mais, qu’es ce que c’est « l’ostracisme » ??? »

– « C’est le fait de bannir quelqu’un de la cité pour 10ans, quand la personne a fait une trahison ou un danger pour sa cité. »

– « En tout cas merci beaucoup… »

– « De rien, tout le plaisir est pour moi », dis-je

– « Au revoir », répondit-il en partant.

Finalement il était assez gentil ce garçon…

Vous êtes un spartiate et vous participez aux Jeux olympiques. Vous écrivez à vos parents pour leur raconter ce qui vous arrive.

Paul Basier

Chers Papa et Maman,

Je suis arrivé pour les jeux Olympiques à Olympie. Cela fait quatre ans que j’attends ce moment.  Je me suis entrainé de très nombreuses journées, courant et m’exerçant à l’ombre des oliviers et des bougainvilliers le long de la côté littorale. J’espère que je ne décevrai pas Zeus.

Le sanctuaire est immense.  J’ai déjà fait mon serment pour ne commettre aucune fraude et fait un sacrifice sur l’autel pour que le dieu du ciel me soit favorable. Si je gagne des épreuves, je n’oublierai pas bien sûr d’aller déposer quelques offrandes dans le Trésor de ma cité. Tous les trésors se trouvent le long de la voie sacrée qui mène au sanctuaire.

Au milieu se trouve le temple de Zeus, à côté un temple plus petit pour sa femme Héra, et tout autour se trouvent les équipements sportifs : Par exemple, le stade pour les courses, l’hippodrome pour les courses hippiques, le gymnase pour les lancers, la palestre pour les sauts et les combats.

Moi je concours pour le pancrace. Dans ce sport, tous les coups sont permis ou presque. L’autre jour lors de mon combat, mon adversaire m’a tiré les parties intimes pour gagner, il a donc été disqualifié et j’ai gagné !

J’ai savouré ma victoire en regardant le pentathlon et le pugilat.

Je reviens dans une semaine (durée des jeux) avec ma couronne d’olivier !

Je vous embrasse

Popolos.

 2019.04_COLLEGE_Grèce (11)
 2019.04_COLLEGE_Grèce (12)

 Jean Siegrist

Bonjour mon cher père et ma chère mère. Je participe aux jeux olympiques demain. Alors mon entraîneur me donne des conseils et techniques pour avoir plus de chance de gagner. Je vous avoue que j’ai très hâte d’y participer. J’ai rencontré de grands athlètes comme Heraclèce. Le dernier soir des jeux nous faisons la fête pour célébrer la fin des jeux olympiques. Nous faisons de grands festins et des sacrifices consacrés à Zeus. Mais avant la fête finale, il faut que je reste concentré ! Aujourd’hui c’est l’ouverture des jeux, alors nous allons sacrifier le plus gros bœuf de toute la Grèce en hommage à Zeus. Chaque après-midi j’irai le prier pour qu’il me donne de la force. Je me suis préparé au lancer de disque, au tournoi de boxe, au pancrace et à une course en arme. C’est une épreuve épuisante car nous courrons en plein soleil avec un équipement très lourd.

 

Les jeux dureront sept jours. J’aurai le temps demain d’aller encourager mon ami Sextanis à la course en char.

J’ai hâte de vous revoir et j’espère rentrer avec quelques récompenses.

Bien à vous,

Protéus

 2019.04_COLLEGE_Grèce (14)
 2019.04_COLLEGE_Grèce (13)

/ Communication Sainte-Geneviève /

Retrouvez toutes les Actualités.

Suivez-nous sur Instagram.